Derrière le muret

Elle était si belle.

Il ne pouvait détacher ses yeux.

Elle et ses cheveux mouillés, lui tombant sur le visage.
Elle avait le teint rosé, naturellement.
Elle était toujours naturelle d’ailleurs.
Très peu de maquillage. Un peu de mascara et parfois du rouge à lèvres, pour les grandes occasions.

Aujourd’hui n’était pas une grande occasion.

Elle se regarda dans le miroir. Inspectant chaque centimètre de son visage.

De là où il était, il ne le voyait pas, ce visage.
Il voyait ses cheveux bruns, sa nuque et ses épaules.
Sa peau était dorée.
Les derniers rayons du soleil de cette belle journée la caressaient.

Elle retira sa serviette pour sécher ses longues boucles brunes.
Il put admirer son dos et le galbe de ses fesses.
Ses fesses rebondies et ses jambes musclées.
Elle aimait marcher et il aimait ses muscles.

Elle se tourna un instant, entièrement nue.
Son corps tout entier tourné vers lui. Il pouvait l’admirer dans son entièreté.

Instant figé, hors du temps.

Elle était si belle.

Elle étendit sa serviette et quitta la pièce.
La magie prit fin, pour le moment.

Au fond de lui, il savait que c’était mal. Qu’elle n’aurait jamais apprécié qu’il la regarde. Qu’il la regarde nue. Qu’il la regarde vivre.

Mais il ne pouvait détacher ses yeux.

Quelle chance il avait. Elle était revenue vivre dans le village.
Elle l’avait quitté, fût un temps. Quelques brèves années, trois tout au plus.
Mais elle était revenue.

Elle habitait seule cette grande demeure. Cette grande demeure dans les bois, au bout de cette petite route où le bitume laissait place à la mousse.
Elle habitait cette grande demeure aux fenêtres donnant sur les bois, sur les arbres et sur les murets.

Rien d’autre que des bois.

Les premiers voisins se situaient dans le hameau, plus haut.
A environ 500 mètres.
Non, pas environ.
Précisément 650 mètres.

Lui, il avait trouvé sa place, derrière le muret, en bordure du terrain.
Quelle chance qu’il ait pu trouver ses jumelles chez un vieux monsieur.
C’était presque un hasard, il était tombé sur l’annonce en ne cherchant presque pas.

Presque.

En attendant, il ne pouvait détacher ses yeux.
Elle était si belle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close